Partir à l’autre bout du monde: entre choc et excitation

Des mois voire des années qu’on attendait ça. Voyager, découvrir d’autres cultures, dire au revoir au « métro-boulot-dodo » pour laisser place à l’imprévu… Toutes les raisons sont bonnes pour partir à l’autre bout du monde. Voyager devient alors une sorte de rêve, un but à atteindre jusqu’au J-J… Tranquillement, un petit pincement au coeur s’installe… Le compte à rebours est lancé, le sac est prêt et nous rappelle que nous allons nous lancer la tête la première vers l’inconnu.

ferfrf.pngOn dit au revoir aux proches et aux amis sur le quai de la gare, se mélange alors la mélancolie et l’excitation. Et surtout une grosse prise de conscience en voyant les larmes des êtres chers: nous partons pour un an, pour de vrai, ce n’est plus un rêve: c’est la réalité!

23847998_10214957647599645_651170816_o.jpgDans l’avion tout se mélange: Pourquoi partir? Pourquoi quitter les personnes que tu aimons pour l’inconnu? Allons-nous vraiment aimer voyager? Eh oui, c’est quand même stressant de quitter notre confort, notre petite vie qui commençait à s’installer. Mais la part de l’euphorie l’emporte vite. On imagine tous les endroits merveilleux qui nous attendent, les rencontres, les différents cultures et expériences que nous allons vivre…

wkgbpvxkziganuceaccqdudzs8474.jpegLes premiers instants du voyage ont quelque chose de magique. Téléporté à l’autre bout du monde, le corps est à moitié là et l’esprit ne réalise pas encore. Pourtant ça y est, nous sommes bien arrivés à Bangkok, point de départ de notre voyage. Nous observons, un peu béat, ce qui se passe autour de nous: building gigantesques, traffic, pollution mais aussi des sourires à chaque coin de rue.

DSC_0649.JPGDSC_0635Beaucoup qualifient Bangkok de « ville tentaculaire ». Serait-ce parce qu’elle étend son emprise de tous côtés comme une pieuvre qui envelopperait son petit-déjeuner ou plutôt parce que c’est une ville qui vous enlace et vous étreint complètement ? Une chose est sûre, passer d’un village de 5 000  (Grand-Champ, Bretagne)  à 8  millions habitants est un vrai choc pour les petits breizhpackers que nous sommes.

DSC_0822

1 réflexion sur « Partir à l’autre bout du monde: entre choc et excitation »

  1. Mes Canailles,
    Vous êtes beaux les amis.
    Profitez à fond ! ❤🏖

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close